En ce mois d’août, les poux font leur rentrée dans nos cheveux. Plusieurs régions en France sont touchées par cette épidémie, selon une étude menée par OpenHealth.
À l’aube de la rentrée scolaire, c’est presque devenu une habitude : les poux sont de retour. L’année 2019 ne déroge pas à la règle et l’épidémie semble s’intensifier en France durant les vacances, en particulier au mois d’août.

Loading...

société française OpenHealth, spécialisée dans la collecte et l’analyse des données de santé,  a mené une étude afin de quantifier ce phénomène, prenant en compte le nombre de lotions et shampoings achetés pour lutter contre les poux. Avec une logique implacable : plus il y a de lotions achetés, plus il y a de poux.
Quelles sont les régions touchées ?
Ainsi, du 14 juillet au 9 août, OpenHealth a rassemblé l’ensemble de ces chiffres de vente pour savoir quelles sont les régions les plus touchées par l’épidémie de poux. Excepté l’Île-de-France et ses alentours, le reste de l’Hexagone semble impacté par la rentrée des petites bêtes.

Cela est particulièrement visible sur les côtes françaises où l’indice poux se révèle être le plus élevé : citions le Pays Basque, une partie du sud de la Bretagne et la Corse. Le point commun entre ces trois destinations ? Le nombre de vacanciers qui affluent lors de la période estivale, indique Ouest France
Plus largement, de nombreuses régions ont vu le nombre de vente de lotions et de shampoings contre les poux augmenter.

Être attentif durant les vacances
Ce que démontre cette étude, c’est qu’il faut être attentif dès les vacances. Si la rentrée scolaire est un des moments de l’année où les poux se baladent de tête en tête, ce sont dès les vacances qu’ils commencent à proliférer.

Les enfants sont souvent les premiers touchés et il suffit de voir leur comportement pour savoir s’ils en ont : ils se grattent autour des oreilles et la tête régulièrement.
Face à cela, il existe de multiples solutions : produits anti-poux en pharmacie, remèdes naturels… Si ils n’assurent pas une réussite à 100%, ils restent néanmoins très efficaces pour lutter contre la petite bête.