Emmanuel Macron en colère, le président s’est rendu au Salon de l’agriculture. Mais une femme portant le voile intégral a pris un selfie en sa compagnie.
Chaque année, le président de la République Emmanuel Macron inaugure le Salon de l’agriculture.

C’est une tradition.

Et cette année, Emmanuel Macron s’en souviendra très certainement.

Alors qu’il rencontrait les agriculteurs, qu’il goûtait les produits et qu’il dialoguait chaleureusement, le compagnon de Brigitte Macron a été interpellé par une étudiante voilée.

 

Sur la séquence diffusée par BFM TV, on peut voir Emmanuel Macron recadrer sévèrement la jeune étudiante.

Sur place, il devait présenter son plan d’action contre le « séparatisme » islamiste.

La jeune femme qui l’avait interpellé portait un hidjab, souhaitant prendre un selfie en sa compagnie.

Sauf qu’au moment du selfie, la jeune femme avait remonté le bas de son voile sur son visage, le transformant ainsi en niqab comme le confirment nos confrères du Point.

Si le voile intégral est censé être interdit, Emmanuel Macron ne semble pas avoir réagi au geste de la jeune femme.

Et c’est bien connu, le président de la république n’a pas sa langue dans sa poche.

Durant une visite à Mulhouse, organisée le mois dernier, en février 2020, le mari de Brigitte Macron n’avait pas rechigné face à la demande d’une personne souhaitant faire un selfie avec lui.

Mais après avoir pris la pose, Emmanuel Macron a rapidement regretté.

La suite à la page 2 =========>

Si le voile intégral est censé être interdit, Emmanuel Macron ne semble pas avoir réagi au geste de la jeune femme.

Ce qui avait suscité la polémique, notamment du côté des élus de droite.

Au moment des faits, pourtant, le président n’avait pas caché son agacement.

Interrogé, un conseiller de la présidence a déclaré : « Il s’est senti piégé, il n’a pas aimé et il l’a fait savoir à ses collaborateurs de la com et de la sécurité.

Au début, on a cru à une manipulation mais nous avons enquêté, la fille s’est recouverte du niqab pour éviter le regard des caméras ».

 

La photo est largement partagée depuis quelques heures sur les réseaux sociaux.

Le député du Rassemblement national Bruno Bilde a décidé de s’en saisir.

Il a interrogé ce mercredi le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner sur la présence d’une femme au visage voilé vue auprès du président Emmanuel Macron lors d’un déplacement la veille à Mulhouse consacré à la lutte contre le “séparatisme” islamiste.

Dans une question écrite, l’élu du Pas-de-Calais “interroge” le ministre “sur les violations régulières de la loi du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public et sur le refus des pouvoirs publics de la faire respecter”.

Cette loi votée, sous la présidence de Nicolas Sarkozy précise dans son article 1 : « Nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage ».

 

 

“Impuissance criante”
“Lors d’un déplacement à Mulhouse dédié à la lutte contre le séparatisme islamiste, Emmanuel Macron a été photographié à quelques centimètres d’une femme portant un niqab”, note le député pour qui le président de la République.

Faisant ainsi “montre d’un laxisme humiliant en acceptant cette provocation et en laissant la contrevenante violer ostensiblement la loi de 2010″.

Cette séquence “(illustre) l’impuissance criante et la lâcheté dramatique d’Emmanuel Macron face au communautarisme” et “rappelle que la loi interdisant le port du voile intégral n’est pas respectée dans notre pays”, estime M. Bilde.

“Avant d’engager la reconquête républicaine, il faudrait déjà appliquer la loi de la République, toute la loi de République, rien que la loi de la République, partout et tout le temps”, ajoute l’élu.

 

 

Sur d’autres vidéos et photos, la femme n’a pas le visage caché
Une vidéo filmée par BFM TV montre que la femme dont le visage est voilée sur la photo en question ne portait d’abord qu’un voile sur la tête et n’a couvert le bas de son visage que dans un 2è temps.

C’est à ce moment qu’elle s’est retrouvée prise en photo pendant une interview d’Emmanuel Macron.

Polémique de la femme en voile intégral photographiée à côté d’E.Macron :
La suite à la page 3 =========>


Emmanuel Macron : comme le montrent ces images, cette femme ne portait d’abord qu’un voile sur la tête et n’a discrètement couvert le bas de son visage que dans un 2è temps alors qu’E.Macron était en pleine conversation…

Une autre photo, visible sur Twitter, la montre non voilée entièrement sur le visage, en train de faire un selfie avec M.Macron.

 

 

La polémique autour de cette photo a été lancée dès ce jeudi soir par des comptes appartenant majoritairement à des militants de la mouvance identitaire puis du Rassemblement national.

 

 

Un jeune homme qui a interpellé Emmanuel Macron dans les allées du Salon de l’agriculture a été sévèrement repris par le président de la République.

Le Salon de l’agriculture est un passage obligé pour les présidents de la République française.

Du général de Gaulle à François Hollande, en passant par Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, tous ont arpenté les stands de la manifestation avec plus ou moins de succès.

On se souvient évidemment du « Casse-toi, pauv’ con ! » prononcé par Nicolas Sarkozy en 2008 à un homme qui avait refusé de lui serrer la main.

Lors de l’édition 2020, c’est un étudiant qui a déclenché le courroux d’Emmanuel Macron.

 

 

L’altercation entre le chef de l’État et ce visiteur du Salon de l’agriculture a été diffusée ce dimanche 23 février sur BFM TV.

On peut y voir le mari de Brigitte Macron aux prises avec un jeune homme qui lui a demandé des comptes.

Sur la séquence, Emmanuel Macron commence par poser une question à son interlocuteur : « Vous êtes bien étudiant ? ».

L’homme politique enchaîne en lui demandant le montant de la sécurité sociale étudiante avant son élection et ajoute : « Combien je vous ai fait économiser ? »

La suite à la page 4 =========>

Emmanuel Macron rembarre un étudiant qui lui parle de la baisse des APL
Interpellé au Salon de l’agriculture par un étudiant mécontent, Emmanuel Macron ne s’est pas défilé et a souhaité dialoguer.
Alors que le jeune homme n’avait pas la réponse à une question du président de la République, celui-ci lui a conseillé d’aller travailler ses dossiers avant de revenir lui parler. Ambiance.

C’est la coutume, le président de la République vient chaque année inaugurer le Salon de l’agriculture et pour la troisième fois, c’est ce qu’à fait Emmanuel Macron.

 

 

Ce samedi 22 février, celui qui a si souvent été chahuté dans cet événement s’est déplacé afin de rencontrer les agriculteurs, goûter les produits et le moins que l’on puisse dire, c’est que sa visite qui a duré douze heures n’a pas été de tout repos.

Comme on a pu le voir sur BFM TV dans une séquence diffusée ce dimanche 23 février, le mari de Brigitte Macron a sèchement recadré un étudiant qui l’avait interpellé.

L’étudiant n’était pas du tout content de ses conditions de vie et a souhaité le faire savoir au président de la République tout en lui rappelant qu’il avait baissé les APL de 5€.

Emmanuel Macron a immédiatement riposté en lui demandant à combien s’élevait sa sécurité sociale étudiante avant son élection.

“J’ai oublié”, s’est exclamé le jeune homme, provoquant une réaction franche de son interlocuteur.

“D’accord… Mais ok…

Combien je vous ai fait économiser ?

 

 

Alors avant de parler, allez travailler un petit peu et venez me revoir.

On vous aide et j’ai baissé la sécurité sociale étudiante de 100€ par an alors ne venez pas me mettre les 5€ en face”, a lancé Emmanuel Macron. Et de continuer sèchement :

“Vous voyez bien qu’à force de dire tout et n’importe quoi, ça ne marche pas .”

Le président est-il allé trop loin ou a-t-il simplement remis les choses à leur place ?

Chacun se fera son opinion.

A commencer par Brigitte Macron, qui n’a pas sa langue dans sa poche quand il s’agit de critiquer une “petite phrase” malvenue de son mari, comme la célèbre formule “Je traverse la rue et je vous en trouve”du travail prononcée devant un jeune chômeur.

 

 

“Bien évidemment, on n’a pas à le dire”, avait-elle assuré devant Jean-Pierre Pernaut à la mi-janvier avant de défendre (un peu) son mari :

“Mais quelques fois, on a des phrases qui sortent spontanément, qui nous nuisent ou qui nuisent à notre image, mais c’est trop tard, la phrase est dite”

Le chef de l’État Emmanuel Macron a conclu l’échange de façon musclée :

« À force de dire tout et n’importe quoi, ça ne marche pas ».