Carole Bouquet en deuil. On a récemment appris la mort de son ex mari, le docteur Jacques Leibowitch. 35 ans après le décès de son mari Jean-Pierre Rassam.

Carole Bouquet est désormais confrontée au deuil de l’un de ceux qu’elle a aimés.

Après avoir vu son premier amour Jean-Pierre Rassam mourir, ses grands amours l’a quitte un à un.

Comme Gerard-Depardieu, qui est partit vivre en Russie.

Jean-Pierre-Rassam et Jacques Leibowitch qui ont rejoins le ciel.

Jacques Leibowitch, qui fut son époux dans les années 1990, est mort à 77 ans des suites d’un cancer, le 4 mars, a annoncé Libération.

Le médecin s’était grandement impliqué dans la recherche sur le Sida et fut d’ailleurs l’un des pionniers dans la lutte contre la maladie.

Carole Bouquet : Il a marqué le monde de la médecine puisqu’il fait parti des découvreurs du Sida et des trithérapies.

Il avait fait le choix de consacrer toute sa carrière dans la recherche pour lutter contre le Sida dès le début des années 80.

Il avait d’ailleurs été le tout premier à évoquer la piste d’un rétrovirus, à s’inquiéter de la contamination par voie sanguine, mais également à ouvrir la voie vers des traitements plus performants.

Jacques Leibowitch sida

C’est en 1992 qu’il s’est marié à la comédienne, Carole Bouquet.

Néanmoins, l’ex-mari de Carole Bouquet, ne faisait pas l’unanimité dans le milieu scientifique.

François Hebel, directeur de la fondation Cartier Bresson a expliqué pourquoi dans les colonnes du magazine L’Obs.

“C’était un homme brillant, passionné par son métier.

Mais c’était aussi un militant, très à gauche, ce qui effrayait l’école de médecine.

Dans le travail, il ne négociait rien, il allait au bout de ses convictions.”

Même son de cloche du côté de Pierre-Marie Girard, chef de service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint Antoine, qui avait dressé le même portrait de Jacques Leibowitch de son vivant.

“Son anticonformisme, ses fulgurances, ses excès… Il était comme ça, Leibo.”

Jacques Leibowitch, l’ex mari de l’actrice Carole Bouquet avait d’ailleurs été fait, en 1993, Chevalier de la légion d’honneur pour ses nombreuses recherches pour aider les malades à mieux vivre avec cette maladie du Sida.

Lors d’une interview accordée au magazine «Vanity Fair», Carole Bouquet aborde des «choses intimes, liées à quelques-uns des hommes de sa vie».

La comédienne assume totalement son âge et semble aujourd’hui tout à fait épanouie :

«J’ai 62 ans ; je ne vais pas m’amuser à jouer les femmes de 35 ans pleines d’avenir !»

Elle revendique son féminisme et critique le problème de l’âge pour les femmes dans le cinéma français.

«Si on commence à comprendre l’absurdité d’un système qui n’accepte que les femmes plus jeunes et séduisantes selon les codes des hommes, on aura fait un grand pas»

La suite à la page 2 =========>

 

Une belle romance de Carole Bouquet et Gérard Depardieu

Au milieu des années 1990, Carole Bouquet débute une histoire d’amour avec Gérard Depardieu.

Cette relation dure pratiquement 10 ans.

Leur rencontre a lieu en 1979, lors du tournage du film «Buffet froid» de Bertrand Blier :

«J’ai joué la mort dans Buffet froid», affirme t-elle.

Dans cette comédie surréaliste, la jeune actrice incarne effectivement une tueuse de sang froid, tout aussi effrayante que jolie.

Carole Bouquet considère Depardieu comme «quelqu’un d’une puissance de jeu inégalée».

Lorsque les deux acteurs se rapprochent en 1996, Carole est quarantenaire.

Elle est déjà maman de deux garçons : Dimitri Rassam né en 1981 et Louis Giacobetti né en 1987.

Carole raconte son idylle : «Gérard Depardieu était séparé.

J’étais seule aussi dit Carole Bouquet.

Je venais d’avoir 40 ans…

Et je me mets à le regarder autrement.

D’un ami merveilleux, je l’ai regardé comme un homme».

Leur relation se termine en 2005, mais l’actrice n’a aucun regret.

Dans les colonnes de «Vanity Fair», elle déclare : «Je ne «désaime» pas les gens que j’ai aimés profondément.

Carole Bouquet : Je n’ai qu’une vie. Je ne voudrais rien renier.

Ceux que j’ai aimés d’un amour profond sont toujours là.

Il faudrait que je gomme dix ans de ma vie parce que je ne suis plus avec tel ou tel homme ?

J’ai aimé ces moments démesurés avec eux.

J’ai un immense goût pour le bonheur, pour la vie…»

Carole Bouquet rend aussi hommage à son défunt mari Jean-Pierre Rassam

Carole Bouquet a rencontré Jean-Pierre Rassam à 21 ans.

La comédienne et le producteur de cinéma ont été mariés de 1982 à 1985.

Leur bonheur se brise lorsque Rassam meurt en 1985.

La suite à la page 3 =========>

Avant ce drame, ils ont eu un fils Dimitri avec Carole Bouquet, né en 1981.

Celui-ci a épousé en 2019 Charlotte Casiraghi.

Ce jeune couple a accueilli un petit garçon en 2018, prénommé Balthazar.

Maintenant grand-mère, Carole Bouquet se souvient avec nostalgie de la rencontre avec son mari Jean-Pierre, à Cannes en 1979, sur le bateau de Francis Ford Coppola.

Très rapidement, Carole Bouquet ressent des sentiments amoureux :

«Mon cœur bat. Je suis folle de lui. Et je ne l’ai plus quitté»

L’actrice ajoute : «J’étais éblouie. Ce sont des années qui ont changé ma vie- mes années avec Rassam.

Des années extraordinaires que je souhaite à tout être humain. Je l’ai aimé plus que tout.»

Rassam a souffert d’addiction

«Puis Jean-Pierre est mort le 28 janvier 1985, à 43 ans.

Ni suicide ni overdose comme on l’a dit-on a raconté beaucoup de choses fausses.

C’était un accident, ce qui s’est passé.

Il ne se ménageait pas, prenait du Gardenal pour se protéger des dégâts de l’héroïne.

Mais après des années d’excès, le corps réclame sa dette.

Je l’ai cru invincible, Rassam.

C’était un phénix. Il renaissait dit Carole Bouquet.

J’ai vraiment cru qu’on avait la vie devant nous.

Je n’ai pas vu qu’il était en danger.

Je n’ai vu que la beauté, la force, la drôlerie, le génie.

Sa force était aveuglante. Mais quand on a été très loin dans l’auto-destruction, on ne revient pas facilement sur terre.

Carole Bouquet : Je garde de ma vie avec Jean-Pierre le souvenir d’années lumineuses.»

Aujourd’hui l’actrice semble apaisée aux côtés de Philippe Sereys de Rothschild.

En 2018, elle donnait une interview à Paris Match :

«Ce qui me rend heureuse, aujourd’hui, c’est que j’arrive à construire des choses avec l’homme que j’aime, avec sa famille et avec la mienne.

Mais ce qui me comble par-dessus tout, c’est que je sais que mes enfants sont heureux.»