Après une double mastectomie et une chimiothérapie, elle apprend qu’elle n’a jamais eu le cancer
Elle doit maintenant vivre avec les conséquences

Sarah a subi un énorme choc psychologique et physique
Une erreur de diagnostic qui aurait pu être fatale. Cette jeune femme britannique de 28 ans a subi une double mastectomie et plusieurs séances de chimiothérapie. Finalement, les médecins lui annoncent une erreur, elle n’a jamais souffert d’un cancer du sein.

Une erreur d’interprétation
En 2016, Sarah avait seulement 25 ans. Après une biopsie, les médecins de l’hôpital universitaire Royal Stoke (Angleterre) lui annoncèrent une très mauvaise nouvelle, elle est atteinte d’un cancer. Depuis, la vie de cette jeune maman de deux enfants fut bouleversée. Comme les cellules cancéreuses ont envahi ces deux seins, elle a subi une double mastectomie. De nombreuses séances de chimiothérapie étaient également au programme.

Après plusieurs mois de souffrance, coup de théâtre ! Les docteurs lui apportent une autre mauvaise nouvelle, elle n’a jamais eu le cancer. Il s’agissait d’une erreur d’interprétation de la biopsie, se justifiait l’hôpital. Toutefois, les responsables de l’établissement ont présenté leurs excuses.
Sarah a déclaré dans le journal The Independant : « Apprendre que j’avais un cancer a été terrible, mais subir tous ces traitements et chirurgies pour qu’on m’annonce ensuite que ce n’était pas nécessaire a été traumatisant ».

Elle doit maintenant vivre avec les conséquences
Les conséquences de cette erreur sont désastreuses. Sa vie a basculé à cause d’une négligence médicale. Elle a perdu ses cheveux après les séances de chimiothérapie. D’autres effets secondaires sont possibles. Les chirurgiens ont aussi procédé à une reconstruction mammaire. Maintenant, la jeune femme a peur. Elle risque de développer un cancer si son corps ne supporte pas les implants.

Pour avoir des réponses sur ce qui est arrivé, Sarah a décidé de porter l’affaire en justice. « Même si cela ne changera pas ce que j’ai vécu, j’ai vraiment besoin de réponses afin de m’assurer que personne ne vive ce que j’ai subi », a-t-elle conclu.